Historia del Cacao

Traditionnellement, le point d’origine de l’apparition du cacao se trouve en Mésoamérique, entre le Mexique, le Guatemala et les Honduras ou il fut inventé près de 2000 an avant JC.

Cependant, des études récentes ont démontré que au moins une variété de cacao Theobroma avait pour origine la haute Amazonie, et qu’il fut alors cultive et utilise durant 5000 ans.

La culture du cacao en Equateur est ancienne et l’histoire nous raconte que à leur arrivée sur la côte pacifique, les espagnols regardèrent ces arbres avec étonnement. La connaissance du cacao était donc déjà bien ancrée dans cette région côtière bien avant l’arrivée des européens.

Aujourd’hui en Equateur sont cultives plusieurs types de cacao, mais la variété connue sous le nom de ´´National´´ est la plus recherchée parmi les fabricants de chocolat, pour la qualité de son grain et la finesse de ses arômes.

Cependant, l’arrivée de maladies dévastatrices comme la « monoliosisou » ou « l’escoba de bruja », il y a une centaine d’années engendra l’introduction massive de variétés étrangères, provenant majoritairement du Venezuela.

Ces variétés furent croisées avec l’originale mais la qualité aromatique était moins intéressante que l’originale.

On pensa alors que l’on pourrait retrouver des souches de ses variétés ancestrales qui s’étaient perdues peu à peu lors du processus d’hybridation, et ainsi recréer les variétés aux propriétés aromatiques équivalentes à la variété native Nacional.

L’hypothèse d’une variété ancestrale put être vérifiée grâce à l’analyse des stocks de variétés de l’INIAP et de l’Université publique technique de Quevedo. Ces stocks correspondent aux variétés cultivées dans toute la zone côtière de l’Equateur. Grace aux méthodes d’analyses génétiques développées par le CIRAD, certains arbres furent identifies comme les probables plantes originelles de tout celles cultivées aujourd’hui en équateur. Les études de paternité confirmèrent cette hypothèse.

Cependant l’origine du cacao Equatorien était toujours en partie inconnue, ainsi, il fut nécessaire de recourir à de nouvelles analyses génétiques pour retrouver des indices entres les diverses variétés d’origines.

Il existe en Amazonie des variétés de cacao sauvage de la Colombie à la Guyane et au Brésil.

Depuis des décennies, la recherche de telles variétés à l’état naturel a été effectuée. Le fruit de ces importantes recherches est actuellement conserve dans plusieurs endroits locaux et internationaux. Le projet d’investigation sur les origines du cacao National pu trouver une réponse à travers l’accès ainsi que des comparaisons avec ce cacao d’origine sauvage.

Cette comparaison permettra alors de démontrer d’importantes origines communes avec les arbres collectes il y a plus de trente ans dans la région amazonienne de Zamora Chinchipe, dans le sud de l’Equateur.

Malgré le fait qu’actuellement sa culture se développe davantage sur la région côtière du pacifique, la région orientale de Zamora Chinchipe semble être la région d’origine de la domestication de la variété Nationale. Les échanges entre l’Amazonie et la cote pourraient expliquer cette migration qui parait très ancienne.

Le premier Européen à découvrir le cacao fut Christophe Colomb, en arrivant sur les terres du Nicaragua actuel durant son quatrième voyage. Plus de mille ans avant la découverte de l’Amérique, les cultures toltèques, mayas et aztèques le cultivaient déjà. Ils utilisaient le cacao comme monnaie et pour confectionner une délicieuse boisson, le ´´XOCOLAT´´, comme le découvrit Hernan Cortes lorsque Moctezuma II organisait de banquets en son honneur.

Cependant, pour son gout trop amer, il fallut attendre un siècle avant de le voir introduit et employé en Europe pour la réalisation de boissons.

Domine par l’Espagne, les échanges de cacao furent rentables vers le milieu du XVIème siècle, ce qui fut à l’ origine de son développement sur l’actuelle côte Equatorienne. En 1600, il y avait déjà de petites plantations au bord du fleuve Guayas. Ce cacao était reconnu pour sa qualité et ses arômes floraux uniques provenant de la variété originaire que nous appelons aujourd’hui Aroma Nacional ou Sabor Arriba. En 1789, la Charte Royale obtient la faculté d’exporter le cacao depuis Guayaquil au lieu de Callao.

Dans la première partie du XIXème siècle, plus de 50% de la production de cacao se trouvait au Venezuela. Vers 1820, les portugais introduirent le cacao au Ghana et dans les autres pays d’Afrique centrale. A cette époque, trois quarts de la production mondiale de cacao était consommée par les espagnols. Durant cette période, commença l’extension de la culture du cacao au brésil.

A la fin du XIXème siècle, les Suisses produisent le premier chocolat au lait. Les chocolatiers suisses reçoivent alors de nombreux prix lors de festivals internationaux, faisant ainsi naitre l’industrie que nous connaissons aujourd’hui.

Le "Gran Cacao"

En 1830, est créée la constitution de l’Equateur. De nombreuses familles sans revenus consacrent leurs terres à la culture de cacao, a des exploitations appelées ´´Grandes Cacao´´´. Situées généralement à Vinces et dans d’autres cantons de ´´Los Rios´´, il était alors courant de confier à des intermédiaires européens la partie administrative de ces exploitations afin de gagner du temps. C’est de la que vient ´´Paris Chiquito´´, surnom donné à la ville de Vinces.

Jusqu’à 1880, la production de cacao doubla (15000 TM), puis elle tripla (40000 TM). Durant les années 1890, l’Equateur est alors le premier pays au monde en volume d’exportations. Les premières banques du pays se créent sur la base solide offerte par le cacao, moteur de l’économie nationale.

La décennie de 1920 est fatale. L’apparition et l’expansion des maladies Monilla et Escoba de la Brija réduisent la production de 30%. Cela ajouté a un manque de moyens de transports et a des marches internationaux difficiles suite à la première guerre mondiale, le cacao mais aussi l’économie Equatorienne entrent dans une période de crise et d’instabilité.

Aujourd’hui, le cacao Equatorien de divise en deux catégories principales : le cacao ´´Nacional´´, aussi appelé cacao fino de aroma, et le cacao ´´trinitario´´ ou CCN, introduit depuis 1920 pour sa meilleure ténacité aux maladies. Cependant, le Cacao ´´Arriba´´ résiste toujours et encore tant que les conditions agro-climatiques le permettent.

Partenaires